Interview de Thierry Donard pour Pushing the Limits

30-ans-nuit-de-la-glisse
Dates projections LES 30 ANS DE LA NUIT DE LA GLISSE 1er partie
19 novembre 2012
snowskate-mini-snowboard
Comment fabriquer un mini snowboard
27 janvier 2013

Interview de Thierry Donard pour Pushing the Limits

Voici une interview intéressante de Thierry Donard sur le site : A Sporting Life.  Check it out! …

 

Après avoir fait un certain nombre de films, directeur de « Pushing the Limits »  Thierry Donard est maintenant sur ​​le point de créer un nouvel épisode du documentaire très acclamé. Dans cette fonction.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour commencer Nuit de la Glisse?

Ma vie à l’époque était tout sur le ski à haute altitude. Mais le monde du ski a été très conventionnelle alors. Un jour, dans les années 70, j’ai rencontré des skieurs de Californie et d’Hawaï et de cinéastes sur le domaine des Grands Montets à Chamonix. Ils avaient habillé différemment pour leur expertise et a eu une vision d’une société nouvelle. Ils m’ont inspiré, car à mon avis, ils représentaient le pur esprit du free riding. Ils diffusion de films de surf qui ont eu une énorme avance sur le monde du ski, en termes de valeur et de l’esprit et je voulais adapter cet esprit dans les montagnes à travers mes films.

Quel endroit avez-vous aimé filmer le plus?

Cela dépend de ce sport, mais ce qui m’a impressionné le plus était Montagnes Alaska de Chugach. Elle était loin de toutes les bases avec des paysages impressionnants comme ceux de Chamonix, dans la mesure où l’oeil peut voir. En dehors de cela, c’est Tahiti en Polynésie française.

Vous avez été filmé pendant les 30 dernières années, la plupart du temps dans des conditions météorologiques extrêmes. Avez-vous déjà des moments où vous pensiez arrêter de fumer?

Je n’ai jamais dit: «C’est fini. Je vais tout arrêter. « Mais il y avait des moments où je n’ai disent » Rentrons à la maison, « parce que c’était trop dangereux, surtout quand il y avait des avalanches. Mais l’abandon de l’un de mes projets serait un manque de respect pour toutes les personnes qui ont participé et qui vivent cette passion.

Ce qui vous motive?

Essayer de comprendre ce que ces athlètes pensent et faire ressortir leur passion et les émotions. J’aime ces gens et ce qu’ils représentent – échange social et de l’humanité.

nuit-de-la-glisse-2012

 

 

 

 

 

Y at-il des cinéastes et réalisateurs de sport que vous admirez et le modèle de votre travail après?

Oui, Dick Barrymore a influencé ma vie. J’ai profond respect pour lui.

Les sports d’action vous avez filmées air assez dangereux. Y at-il accidents ou des urgences? Et comment l’équipe at-réagissent-ils?

En 1992, un de mes meilleurs amis noyé dans le lac Titicaca saut en chute libre, après de nombreuses erreurs. Pour moi, c’était un choix très difficile à faire, il fallait sauver l’une des deux personnes dans cet accident. Toute l’équipe a été exemplaire – J’ai travaillé avec des gens qui étaient de vrais hommes, et qui savaient comment réagir dans ce genre de situation. Paradoxalement, moi-même, qui a tendance à paniquer dans ce genre de situation, j’étais très calme et lucide.

Une autre fois, c’était quand nous filmions en Alaska à la loi Jonny. Nous étions profondément dans le glacier Matanuska dans le Chugachwe, à environ 45 minutes de vol loin de notre base et une heure et 30 minutes du premier hôpital. J’ai réprimandé Jonnny sur plus d’une occasion, qui skiait plusieurs fois sans sa gestion correcte sluff en particulier dans la production de TGR . Ils l’appelaient tous les jours et lui a demandé de faire certains types de cascades son sponsor cherchais. Pour moi, il était inacceptable parce que je sais le danger de la montagne. Nous étions dans les cas qui n’avaient rien à voir avec ceux de Valdez ou Junon et nous étions loin de tout. Jonny pour la neuvième fois n’a pas écouté mes conseils, et me suis accablé par la sluff. Cela a abouti à l’fracturé le fémur un angle de 45 °. Nous avons volé pendant cinq minutes sur le site avant que Dave King, le pilote d’hélicoptère, se retourna pour remplir le réservoir de carburant. Le sauvetage a été exécuté par un Chamoniarde. Dans ces cinq minutes, Jonny était dans l’hélicoptère en route vers l’hôpital, tandis qu’une partie de l’équipe est resté seul dans les montagnes, d’avoir à passer la nuit. Nous avons commencé à creuser un igloo.

Quelle a été la partie la plus difficile dans le tournage de « Pushing the Limits »? Et qu’avez-vous appris de cette expérience?

A la recherche des meilleures conditions de neige au printemps – 1,5 m de neige fraîche sur les pentes du Mont-Blanc plus de 4000 mètres de haut. Nous nous sommes retrouvés à 8 sur une pente qui n’attendait que pour nous, après maintient à l’écart des avalanches plusieurs grandes. Nous avons traversé une par une pour trouver un poste de contrôle de l’hélicoptère pour venir nous chercher et rentrer à la maison les mains vides mais vivant.Nous avons eu vraiment peur.

J’ai été submergé d’émotions pendant le tournage du wingsuit au Brévent parce que je savais que le site était dangereux, que nous avons été de repousser les limites à chaque instant. Mon rôle était de temporiser zèle pour chaque minute de vol à la proximité et de ne pas les laisser s’installer sur un esprit de compétition entre eux. L’une des choses les plus importantes que j’ai faites sur ce tournage, c’est que à chaque saut rien n’est laissé au hasard en termes de sécurité, en particulier pour les planeurs, mais aussi de la concentration de chaque saut, les cavaliers demandés pour le silence total de spectateurs.Cela a permis de se concentrer sur la prise de risque des mesures et de réaliser que ce qu’ils faisaient était extrêmement dangereux; une moindre erreur était fatale. A la fin du tournage, j’ai eu un moment de soulagement. J’ai été heureux qu’une bonne partie de l’équipe est rentrée à la maison. Une semaine après la fin du tournage, je suis revenu au début et j’ai regardé les autres cavaliers qui étaient là et j’ai vraiment senti qu’il était devenu un carnaval et qu’ils avaient oublié l’idée du danger. J’ai eu un très mauvais sentiment que le lendemain matin, il y avait une blessure grave qui se profile, ce qui ne me surprend pas.Le pire dans le sport extrême, c’est quand vous commencez à banaliser la situation.

thierry-donard

 

 

 

 

 

 

Vous avez fondé le « Perfect Moment » vêtements et équipements pour les sportifs extrêmes et les femmes avec Lene Nordermoen. Êtes-vous impliqué avec tout du travail de conception?

J’ai eu l’idée depuis longtemps pour faire des vêtements. Lene, qui avait un grand talent et d’expérience, m’a suggéré de tirer les vêtements d’abord. Évidemment, le design est très avant-gardiste, nous étions à 10 ans d’avance sur nos contemporains. Aujourd’hui, je pense que les vêtements sont en accord avec la mode actuelle. Mais la gestion du monde du textile est très difficile, avec beaucoup de gens qui n’honorent pas leurs mots et c’est une situation difficile pour moi. Aujourd’hui, cette marque a continué de produire l’état de l’équipement de pointe, grâce à l’association que j’ai avec Max Gottschalk et son épouse Jane. Mon seul souci maintenant est que cette marque reste proche de ce que j’aime dans les sports extrêmes.

Quelles sont vos marques préférées de matériel de ski et / ou des vêtements?

De «Perfect Moment » bien sûr! Je l’aime beaucoup, tellement que je ne regarde même pas les autres marques.

Parlez-nous de vos projets à venir?

Une série télévisée de 10 épisodes, 52 minutes chacun et un nouvel épisode de Pushing the Limits. Nous sommes vraiment repousser les limites dans tous les sens du mot.